Les beaux jours reviendront, nous a-t-on promis. Le vaccin est là. En 2021, on vaccinera, on soignera. Mais la menace plane toujours. Tasty Life Magazine se veut un magazine de bonnes nouvelles donc nous tenons notre ligne éditoriale au maximum.

Très bientôt, nous allons vous proposer une très belle opération qui va vous permettre d’y repenser, à ces moments où de tels gestes étaient totalement anodins alors que maintenant, ça nous paraît irréel.

via GIPHY

Mais force est de constater que nos amis du Point nous ont mis un coup au moral avec cet article publié aujourd’hui, annonçant la réouverture des restaurants, bars et lieux gourmands seulement pour le 6 avril. Des rumeurs et murmures parlent de plus tard encore. C’est encore du conditionnel mais ça n’est pas rassurant.

Normalement, c’était pour aujourd’hui, 20 janvier. Alors oui, le coup au moral est bel et bien là. Et ce n’est pas la cérémonie du guide Michelin qui l’a remonté en plus.

Chaque année, j’ai l’habitude d’appeler ça Noël, le Noël des gourmands. En tout cas, pour les acteurs du secteur qui ont la chance d’être récompensés par le guide rouge (nous vous en parlons ici). Ainsi que pour les journalistes car finalement, c’est une sorte de point d’orgue en même temps qu’un lancement. Bref, c’est spécial.

Cependant, chaque année également, il y a une controverse. C’est le jeu avec une institution comme l’est ce guide, qui demeure, quoi qu’on en pense, LA référence. Pour les professionnels en tout cas et une bonne partie des amateurs éclairés, qui adorent autant y fouiller que le critiquer.

michelin mazzia hermé gagnaire tasty life magazine
Alexandre Mazzia, humilité extrême, face à Pierre Gagnaire et Pierre Hermé. Capture d’écran.

 

 » C’est dépassé, c’est même plus acheté, qui le regarde encore « . Chaque année, ça fuse sur les réseaux sociaux et dans les conversations sur ce guide centenaire. Tout particulièrement ces dernières années d’ailleurs : quelle audace de déboulonner des institutions comme les maisons Haeberlin et Bocuse en leur retirant une étoile, les faisant brutalement dégringoler de leur Olympe à eux, la troisième étoile !

Cette fois-ci, quand même, c’est tout autre chose pour cette édition 2021. Dans un contexte inédit de fermetures et de danger dans l’existence même de pas mal de maisons, le retrait de l’unique ou de la deuxième étoile de certains établissements passe extrêmement mal.

En tout cas, dans la presse spécialisée. La presse grand public célèbre, à raison, AM, le restaurant du chef Alexandre Mazzia, qui a décroché le Graal. Mais on grince des dents ailleurs sur ces sanctions qui fragilisent encore davantage des entreprises qui ont déjà un gros problème nommé Covid dans les pattes depuis presqu’un an.

L’indépendance du guide, oui. Mais un peu de bienveillance avec un gel des retraits pour les maisons qui n’ont pas définitivement fermé ni changé de chef ou de propriétaire ou de concept aurait été parfaitement acceptée. Et pas uniquement pour les 2 et 3 étoiles.

Les « chevaliers d’or », titulaires de la 3e étoile, accueillent Alexandre Mazzia dans leur confrérie. Joli visuel de la part du guide Michelin. Capture d’écran : Tasty Life Magazine.

 

C’est à vous et à nous de jouer et de soutenir ces entrepreneurs qui savent si bien nous faire rêver et nous régaler. Il n’y a qu’une façon de le faire, et nous la connaissons tous ! Alors allons-y ! Retournons au restaurant, maintenant et plus tard. Tout le monde y gagnera et le sourire de 2021 deviendra une réalité.

Flora-Lyse Mbella
Fondatrice

On se régale !

coing podcast tasty life Magazine

Épisode 1 : Le coing, fruit d’or de l’automne

Nous en avons un peu parlé ici. Mais le coing, c'est tellement d'autres choses que ces quelques lignes. Ça vaut bien un épisode de...

Ici, c'est Tasty !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, enregistrez votre commentaire
Ecrivez votre nom ici s'il vous plaît