Ah oui l’Argentine. C’est franchement pas sympa ce qui leur arrive en ce moment. Le père de Mafalda Quino nous a quittés il y a quelques mois, sans parler de Maradona. D’ailleurs, ces deux héros nationaux ornent les murs de Paris-Boca, façon vintage.

Quand le confinement qui frappe les bars et restaurants sera enfin levé, vous pourrez découvrir cette décoration chaleureuse, qui nous avait vraiment plu.

Cela dit, pour l’instant, ce n’est pas l’objet. Au moins jusqu’en janvier. Alors pour prendre votre mal en patience, vous pouvez toujours vous faire livrer l’une des pizzas de chez Paris-Boca.

La diaspora italienne est passée par Buenos Aires et s’est mâtinée des influences du pays. Moins de légumes. Plus de fromages comme dans cette spécialité, LA spécialité : la Fugazzeta Rellena. Un vrai délice complètement régressif avec un fromage local très réconfortant : la muzza.

Et oui, c’est aussi un dérivé de cuisine italienne, elle est très proche de la mozzarella.

Petit préalable pour apprécier les pizzas venues des confins de la Cordillière des Andes, oubliez les pâtes ultra-fines. Celles-ci sont plus épaisses et plus nourrissantes.

On a dit qu’il y avait du fromage, n’est-ce pas ? Crédit photo : Paris-Boca.

Si le fromage fondant surmonté d’oignons n’est pas votre régal, il y a évidemment une carte qui laisse une belle place à des saveurs bien typiques de ce pays… qui s’est beaucoup inspiré de ses migrants pour une grosse partie de son patrimoine gastronomique.

Nous avons apprécié la pizza très épicée Morrones y cojones (les anglophones et hispanophones apprécieront le jeu de mot très idiomatique) avec de la tomate, du chorizo, des poivrons marinés et des jalapeños (petits piments mexicains). Elle est épicée, mais pas volcanique, on vous rassure.

Sinon, il faut garder une part de faina (galette de pois chiches) pour calmer votre gosier enflammé.

Les pizzas se déclinent en grandes et moitié de grandes (pairable avec une autre pizza), petites (chica), ou en part.

Notez que touts les ingrédients viennent de France ou de pays frontaliers. Non, vous ne mangez pas de matière première fraîche ayant traversé les océans ! Même la muzza vient de France, fabriquée par un Argentin ayant préféré les Bleus à l’Albiceleste. En tout cas pour son lieu de résidence.

Enfin, si, quelques bonnes « quilles » ont fait le voyage mais l’objectif reste de faire « comme » en Argentine en respectant notre belle planète.

Ah et du côté des desserts, nous avons aussi aimé cette découverte… que nous vous laissons découvrir ! Nous allions oublier une chose très importante. Il faut absolument goûter le cocktail Señor Chuchu (se prononce tchoutchou) avant d’entamer les hostilités, fourchette en main.

Dernier détail, et non des moindres, même si on ne peut qu’être livré pour le moment : l’équipe de Paris-Boca, d’origine argentine, est franchement très agréable et aux petits soins.

Paris-Boca
32, Pierre Fontaine 75002 Paris
Réservations : 01 83 92 59 91
Livraisons via Uber Eats.

Instagram : @paris_boca_cantina
Facebook : Paris-Boca

tasty life magazine paris boca ouverture

Paris-Boca, l’Argentine à Paris

Ah oui l’Argentine. C’est franchement pas sympa ce qui leur arrive en ce moment. Le père de Mafalda Quino nous a quittés il y...
poulet tasty life magazine

Du poulet mais pas n’importe lequel

Quoi de plus banal que du poulet ? On en fait tout et n’importe quoi, il vient de n’importe où. En cage ou en...
Au Monak à Paris, de la truffe, du saumon... que du bon ! Crédit photo : Tasty Life Magazine.

Monak : un cocon qui joue sur du velours

On a dit du velours. Il y en a partout au Monak. Comme ici, devant le bar du rez-de-chaussée...Crédit photo : Tasty...

Ailleurs sur Tasty...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, enregistrez votre commentaire
Ecrivez votre nom ici s'il vous plaît