C’est la quatrième génération. Le Parc Obernai, hôtel, restaurants et spa, derrière ses colombages et ses géraniums, a toujours abrité derrière cet apparent attachement à la tradition, une vision très moderne du métier, adossée à une noble ambition : toujours proposer les meilleurs côtés de l’hôtellerie sans perdre son âme. Maxime Wucher, directeur de l’ensemble, Marie Wucher, pâtissière, et le chef Cyril Bonnard sont aujourd’hui à la tête de cet établissement pourvu de quatre étoiles hôtelières. Ils entendent bien continuer à faire prospérer l’affaire, dans la droite ligne de l’arrière-grand-mère, la grand-mère et les parents des deux premiers nommés, Monique et Marc Wucher. Comment comptent-ils conserver ce coup d’avance ? Après les délices de l’assiette, puis du concept, continuons avec l’innovation.

« Gouverner, c’est prévoir ». Ça vaut pour ceux qui dirigent un pays, bien sûr mais c’est également valable dans une entreprise. Le Parc vient de changer de logo, le site internet a évolué il y a un an et demi.

Le parc Obernai logo Tasty Life Magazine

Le nouveau logo du Parc. Crédit : Le Parc Obernai.

 

Avant beaucoup de ses confrères, Marc Wucher avait installé un spa dans son hôtel, l’Asian Spa. Autrement dit, un spa thématique, avec une vraie ligne directrice. Une Asie fantasmée, avec de vraies pièces authentiques, comme ces portes venues du Rajastan, par exemple. Un spa installé en 2005, après la piscine, déjà une rareté à la fin des années 80.

L’innovation, c’est avant tout de la préparation. Des terrains autour du complexe étaient libres, ils ont été rachetés il y a déjà « 7-8 ans » selon Maxime Wucher. Souvent, transformer signifie aussi s’étendre.

Avant que le spa ne soit jugé vieillissant (il a encore reçu une récompense nationale en 2010), il faut le modifier, ne pas lasser les convives. « Cela fait quatre ans que nous réfléchissons à un nouveau spa. Deux ans pour réfléchir à ce que nous voulions vraiment, deux ans de travail avec les architectes, le budget prévisionnel et pour obtenir les financements », explique le toujours pragmatique Maxime Wucher.

Modernisation préventive

 

Parce que, contrairement à 2005 (création de l’Asiane Spa) où elle était quasi inexistante, la concurrence a progressé et investi. Parce que, toujours à l’écoute de ses clients, l’équipe du Parc les a entendus sur la capacité réduite des locaux en cas d’affluence. Il était temps de réagir. En tout cas, dans la tête des entrepreneurs avertis que sont les Wucher.

 

L’Asiane Spa restera un spa pour les familles, après la fin des travaux. Crédit : Le Parc Obernai.

 

La première question à se poser selon Maxime Wucher : « Qu’est-ce que nous voulons vraiment faire ? ». En cela, résonne la très juste pensée de son père, Marc : « Le luxe d’aujourd’hui sera le standard de demain ». Alors il faut sortir le porte-monnaie et produire aussi ce qu’on appelle un peu trivialement « du jus de cerveau », histoire de choisir la bonne direction.

Et il faut un gros porte-monnaie. Car la dépense va osciller entre huit et dix millions d’euros, essentiellement sur fonds propres et emprunts bancaires. Alors un nouveau spa, oui, mais pas seulement : il faut aussi soigner la rentabilité de l’ensemble.

Le projet en 3D. Avec la piscine Infinity au centre. Crédit : Le Parc Obernai.

Business is business

 

La clientèle d’affaires constitue une énorme partie des usagers des hôtels en France. Donc, fort logiquement, c’est à ce public stratégique que Le Parc va d’abord faire plaisir. Et on ne plaisante pas avec cette activité : contrairement à nombre d’établissements dont les salles de séminaires peuvent aussi servir pour les banquets, à part durant la phase de travaux, ces espaces conservent un rôle précis et unique. « Ça n’est pas gênant en soi, mais nous voulons vraiment une organisation sans faille ».

L’extension du centre de conférences sera donc livrée au premier trimestre 2018, le premier coup de pioche ayant été donné début octobre. Il y aura dix salles en tout, une capacité doublée au niveau des places. Et comme d’habitude dans la maison, le matériel sera dernier cri. Il y aura également des lieux de pause et des bars, bien distincts du reste de l’établissement, pour ne pas perturber l’ambiance de travail.

Ne jamais négliger l’extérieur

 

Un nom, c’est une marque. Le Parc ne peut pas se permettre d’avoir des jardins indignes d’un nom pareil. Ce serait quand même un comble. Alors les jardins vont eux aussi être transformés, mais la grande nouveauté, ce sera cette piscine extérieure à débordements. Oui, une piscine dite « infinity », avec des débordements sur deux côtés, des bulles, des cascades et tout un écosystème autour qui sera pensé en totale harmonie avec ce petit bijou.

Quand on s’appelle  » Le Parc « , négliger les jardins relèverait de l’hérésie la plus totale. Crédit : Le Parc Obernai.

 

De quoi créer une ambiance toute particulière qui sera complétée par des « cabanas », de petites alcôves qui seront incluses dans la végétation, pour le repos des convives. « Ce sera très ludique ». Les travaux commenceront un peu plus tard car après tout, il faudra aussi creuser un souterrain. Car on pourra accéder des bâtiments principaux à celui qui abritera le nouveau spa en toute quiétude. Le voilà, le gros morceau.

Un spa inédit

 

« On a fermé les yeux pour imaginer la piscine de nos rêves, alimentés par les voyages, les découvertes et les envies », explique Maxime Wucher. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on va en parler, de ce spa, quand il ouvrira en 2019.

Au rez-de-chaussée, ce sera la piscine. La ou les ? En tout cas, ce sera une découverte. Elle comptera dix salles qui communiqueront entre elles via un petit labyrinthe, sans quitter l’eau. « On ignorera ce qui se passe dans la salle. Les luminosités, les ambiances, les sons seront tous différents. Il y aura 90 attractions en tout. Des cascades, des geysers… Et on ne verra pas ou très peu les autres personnes présentes. » En d’autres termes, la « navigation » sera totalement privée.

Le bâtiment du spa. N’avez-vous pas hâte, vous aussi, de voir ce que ça donnera  » en vrai  » ? Crédit : Le Parc Obernai.

 

En tout, 330m2 de surface aquatique. À l’étage, il y aura des soins, avec notamment des saunas dont un en extérieur. Contrairement à l’Asiane spa, la décoration sera très design, sans thématique particulière. Il y aura quatre zones de repos, avec 70 places à dispositions. Assises, couchées, dans la lumière, l’obscurité, avec vue sur le jardin ou pas. Evidemment, il y aura des modelages, solo et duo.

Et comme la réflexion a été très poussée, il devrait aussi y avoir un véritable espace de remise en beauté, pour les femmes comme pour les hommes. La forme définitive n’est pas encore arrêtée. Mais non, on ne se promènera plus en peignoir au milieu des gens en tenue de ville quand on rentrera du spa. On pourra même s’y faire coiffer, maquiller ou arranger la barbe. Mais c’est encore en réflexion.

Et dans ce cadre, quoi de mieux qu’un restaurant posé au cœur même du spa ? La cuisine sera ouverte, à l’instar de la salle de petit-déjeuner Tomi, et on y dégustera des plats de brasserie, mais aussi « détox », voire végétariens. La pâtisserie chère à Marie Wucher y sera particulièrement soignée.

Se détendre, se restaurer, dormir

 

« On pourra manger à toute heure, mais cet espace sera ouvert uniquement aux personnes qui fréquenteront le spa ». À l’intérieur, comptez sur 30 couverts et 20 en terrasse. Tenue de rigueur : le peignoir blanc.

Montons encore quelques marches pour arriver au deuxième étage. Il comportera cinq suites, avec des baignoires balnéo et des douches italiennes, des terrasses aussi qui offriront une belle vue sur le Piémont des Vosges et le fameux Mont Sainte-Odile. Les immenses baies vitrées ouvriront aussi le regard pour littéralement embrasser l’horizon.

Le coup d’avance est bien là

 

Il fallait attendre le retour de Maxime Wucher et de sa sœur Marie au bercail pour pouvoir envisager de tels changements, voire bouleversements. Mais l’innovation, la curiosité créée par la vie à l’étranger, le brainstorming en famille, la remise en question 365 jours par an, on le voit, c’est plus qu’utile : c’est primordial.

Ceci dit, pour l’instant, on reste concentré sur ces travaux avant de songer au prochain coup d’avance. Enfin, c’est ce qu’on nous a dit…

Calendrier des travaux :
Centre de conférences et de séminaires : février 2018.
Inauguration du nouvel espace bien-être : premier semestre 2019.

Le Parc, hôtel restaurants & Spa
169 route d’Ottrott
67210 Obernai
www.hotel-du-parc.com
Rendez-vous sur Hellocoton !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, enregistrez votre commentaire
Ecrivez votre nom ici s'il vous plaît