Il est des voyages qu’on a toujours rêvé de faire. Celui-ci en est un. Quand l’opportunité s’est présentée, j’ai littéralement sauté sur l’occasion de visiter ce petit bout de Grèce du Nord. Thessalonique, chef-lieu de la Macédoine grecque, deuxième ville du pays, baignée par la mer Egée, ne m’a pas révélé tous ses secrets, en deux jours. Mais quelques uns tout de même. Puis découvrons un peu la Chalcidique, presqu’île composée de trois bras – trois doigts comme disent les Grecs – dont un, le plus à l’Est, recouvert de monastères, est interdit aux profanes. C’est parti.

lifestyle gourmand healthy voyage grece

Oui, Thessalonique est au nord, elle est en bleu. Vous la voyez ? Et la Chalcidique est juste au sud, les fameux trois  » doigts « . Carte Google.

Première chose à garder à l’esprit : Thessalonique n’est officiellement en Grèce que depuis 1912, après une guerre balkanique. Elle a beaucoup changé de « mains ». Aussi, à part dans les magasins de souvenirs, il ne faut pas s’attendre à croiser sans arrêt ce genre de statues.

 

lifestyle gourmand healthy voyage grece

À chacun ses images d’Epinal. Voici celles des Grecs, capturées dans un magasin de souvenirs en Chalcidique. Crédit photo : Tastylifemagazine.

Pour cela, il faut aller du côté d’Athènes ou dans le Péloponnèse, que le tourisme grec a plus tendance à mettre en valeur, sans parler de la Crète, Santorin ou Mykonos. Ce qui donne un autre avantage à la Macédoine : elle est plus abordable que ses cousines du sud du pays.

Car l’influence, à Thessalonique, est bien davantage byzantine puis ottomane. Même si l’orthodoxie est bien présente. On parle encore de la crise qui a frappé la Grèce et qui continue d’ailleurs à faire que le pays est convalescent. On a notamment parlé des droits et privilèges accordés à l’église orthodoxe, qui n’est pas séparée de l’état dans ce pays. Et pour les Français jaloux de la laïcité, c’est assez étonnant de voir le drapeau national flotter aux frontons des églises.

 

 

 

Des édifices qui se dressent partout en ville, y compris au milieu des barres d’immeubles.

Et l’église orthodoxe, très riche, se reconnaît aussi aux nombreuses et très brillantes icônes et autres accessoires. Tout brille. Autre aspect non moins surprenant pour le touriste français dont l’orthodoxie n’est pas la religion : la foi très démonstrative des fidèles, qui embrassent les icônes. D’ailleurs, les magasins d’articles religieux sont eux aussi très nombreux.

Thessalonique est donc un port. Et le cœur de la ville part de là. L’hôtel Elektra (5 étoiles) domine le square ou la place ou le cours Aristote (je traduis, ce n’est pas très difficile). L’imposant édifice fait face à la mer, où des bateaux un peu kitsch promènent les touristes.

 

 

 

Et voici la Tour Blanche. Certes, pas tout à fait blanche, d’autant que le ciel était chargé au moment de la photo MAIS elle reste incontournable à Thessalonique. Elle est en effet le symbole de la ville. Détruite, reconstruite, rénovée, elle est citée par les récits utilisés par les historiens dès le XIIe siècle. Prison, fortification, elle est aujourd’hui un musée.

 

lifestyle gourmand healthy grèce voyage partir

La Tour Blanche, posée au bord de l’eau, comme il se doit. Crédit photo : Tastylifemagazine.

 

Et qu’est-ce qu’on mange à Thessalonique ? Bien des choses, à vrai dire, et beaucoup de produits de la mer évidemment. Découverte aussi : la retsina. Le vin traditionnel grec, « enrichi » de résine (de pin la plupart du temps). C’est vraiment très particulier. On aime ou on déteste. J’ai plutôt apprécié, c’est très frais et parfait avec la nourriture grecque très goûteuse. Et puis il y a le marché, enfin celui qui se trouvait sur mon chemin. En un mot : miam.

 

En Chalcidique, il y a plein de petites villes et villages épatants. Et il y a cette mer bleue, transparente. À vrai dire, j’ignorais qu’on trouvait ça en Grèce. Attention aux nombreux oursins dans les nombreuses petites criques, mais paradoxalement très peu présents sur les cartes des restaurants. Dans ce territoire très prisé par les touristes russes (presque tout est écrit dans les deux langues là-bas), il existe des endroits comme ce bar. On n’a pas l’impression d’être en Europe, même en Grèce, mais sur une île du bout du monde, non ? Moi, oui…

 

 

 

De la même façon qu’à Thessalonnique où il y a beaucoup d’églises plus ou moins grandes et en plus ou moins bon état, la religion est également très présente en Chalcidique. Rappelons que le troisième « doigt », interdit aux profanes, est rempli de monastères. Cette présence, sur les deux autres parties de la péninsule, se matérialise plutôt sur le bord des routes. De multiples petites chapelles les jalonnent, le long de la côte ou des oliveraies. Les particuliers les achètent et les entretiennent, ou pas, la plupart du temps. Parfois, elles sont totalement transparentes, pourvues d’une armature en métal, avec une icône et une bougie à l’intérieur. Mais celles-là étaient rarement en bon état, même si les bougies y étaient invariablement allumées, signe de l’intérêt et du soin des autochtones. En revanche, celles en pierre, que j’ai photographiées, étaient les plus nombreuses.

 

 

Dans l’immense complexe hôtelier Porto Carras, la plage privée est interminable. En fin de journée, on entendrait presque le slow langoureux qui accompagnait ce genre de clichés dans les années 80. Mais je vais vous l’épargner. On y fait aussi pousser les herbes aromatiques qui garniront les plats servis dans les restaurants.

 

lifestyle gourmand healthy grèce voyage partir

La plage privée du complexe hôtelier s’étale sur plusieurs kilomètres. Crédit photo : Tastylifemagazine.

 

Et qu’est-ce qu’on mange en Chalcidique ? Beaucoup de produits de la mer, là aussi. Dont ce poulpe cuit à la lumière du soleil (si si !) et juste grillé ensuite. On peut aussi boire ce délicieux rosé semi-sweet très fruité. Et puis je ne peux pas en manger mais les spécialités les plus célèbres de Grèce sont là : moussaka, tzatziki, feta, et tout le tralala.

 

 

 

 

Bref. J’ai toujours voulu aller en Grèce. Maintenant, je n’ai qu’une envie : y retourner ! Rien que pour faire de la place dans ma valise (cette fois) pour embarquer un peu de cet artisanat gorgé de soleil.

 

lifestyle gourmand healthy grèce voyage partir

Deux genres différents, très coloré ici. Crédit photo : Tastylifemagazine.

 

lifestyle gourmand healthy grèce voyage partir

Et très bleu et blanc là. L’embarras du choix. Encore. Crédit photo : Tastylifemagazine.

 

C’est promis. Bientôt, on va vous donner quelques tuyaux d’ici peu pour vous procurer deux-trois choses directement de là-bas. Stay tuned*

*Restez branchés.

Rendez-vous sur Hellocoton !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, enregistrez votre commentaire
Ecrivez votre nom ici s'il vous plaît